Logo de Tangente Éducation

Un jeu pour comprendre l'apprentissage automatique

Florent Madelaine & Malika More

L'informatique débranchée permet de faire comprendre le principe de l'apprentissage automatique. L'activité présentée se base sur le jeu de Nim, dont les coups gagnants sont « mémorisés » à l'aide de pois chiches stockés dans des boîtes de lait...

C’est Alan Turing qui, le premier, a tenté de relever le défi consistant à créer un programme capable de rivaliser avec les humains pour un jeu de stratégie, dans son cas pour les échecs. Ce défi a passionné chercheurs et grand public pendant plus d’un demi siècle, et a culminé avec, à la fin du XXe siècle, la victoire du programme d’IBM Deep Blue sur le champion humain Garry Kasparov. Plus récemment, en 2017, le programme AlphaGo a vaincu Ke Jie, le champion du monde humain de go, l’un des jeux considérés comme les plus difficiles. En effet, le jeu de go offre beaucoup plus de parties possibles que les échecs. De nouvelles méthodes autour des réseaux de neurones et de l’apprentissage profond ont alors été employées.

 

Les jeux de Nim

Le jeu de Nim, dont une variante (le jeu de Marienbad) a été rendue célèbre par un film d’Alain Resnais sorti en 1961, se joue classiquement à deux joueurs qui puisent, chacun son tour, dans un ou plusieurs tas d’allumettes selon la règle choisie. 

Dans la version (élémentaire) utilisée dans cet article, les joueurs enlèvent, à tour de rôle, une, ... Lire la suite gratuitement


RÉFÉRENCES

- Une approche de ce type a été mise en œuvre pour des jeux plus sophistiqués, par exemple le tic-tac-toe, voir à cette adresse : http://images.math.cnrs.fr/Une-machine-en-boites-d-allumettes-qui-apprend-a-jouer-au-Morpion.html
- Les jeux de Nim. Jacques Bouteloup, Association pour le développement de la culture scientifique, 1996.